C'est un Novembre exceptionnel.

Le Maître, diplomé des hautes études en Alchimie, a eu des mots assez persuasifs. Malgré l'extravagance de l'expérience proposée et l'absence de preuves sur son prétendu pouvoir surnaturel, le groupe communautaire a accepté l'expérience. Le Maître jubile intérieurement, jugeant lamentable le naïveté de ces rustres. Ils ne connaissent pas l'escroc, condamné par son peuple à la déchéance, et balancé ainsi sur cette planète pour purger sa peine.

Il a de la ressource : roi de l'illusion, spécialiste des effets électroniques, science inconnue ici, il a vite grimpé les échelons, indifférent au sort et à la souffrance quotidienne de ces braves villageois. Il force un formidable sourire mielleux avant de simuler des passes magnétiques à l'usage de son auditoire, béat d'admiration.

L'électronique a du bon : activant discrétement tout un mécanisme secret, un tourbillon formidable de volutes aux senteurs hypnotiques s'engouffre dans la salle, accompagné d'un lancinant bruit de sirène d'alarme. Tous les participants sont pris par l'ambiance, les esprits partent à la dérive, certains entrent même en hystérie.

Sauf un : un petit garçon, au premier rang, qui serre les dents.
" - Qu'à cela ne tienne, augmentons le flux ... "
Rien n'y fait, le petit garçon semble serrer encore plus les dents.
Exacerbé, le Maître augmente une nouvelle fois le débit de la drogue. Peine perdue. Ah, si ! Devant cette dose hypnotique massive, tous les villageois se sont endormis.
Sauf ... Le Maître n'aime pas qu'on lui résiste : il égorgerait volontiers ce petit morveux ! Dans un courroux rageur, il actionne cette fois la puissance maximale de son mécanisme.

" Ah, enfin, cela a l'air de faire l'effet ..."
Effectivement le garçon a fini par se trémousser sur son siège. Avant de lever la main, l'index pointé timidement en l'air :  " - Dis Monsieur ...
- Quoi ? - le Maître est surpris.
- Je peux sortir ?
- Hein , euh ... Oui. Pourquoi ?
- Je ne peux plus me retenir : j'ai envie de faire pipi ... "
Abasourdi, le Maître a indiqué machinalement la porte au jeune garçon qui sort en courant.

Complètement estomaqué, il en a même oublié de porter attention à sa respiration, ce qui lui évitait les effets de la drogue. Il est trop tard : décomposé, il tombe comme une masse dans un sommeil profond ...

Un énorme, magnifique et tranquille ronflement rythme la salle ...

(texte écrit suite à une contrainte d'écriture, su le site : http://www.ecritureludique.net/article-13580967.html )